prochains concerts

« Les poètes se refilent une patate éblouissante. » 1

« La musique est en un mot insoucieuse des préoccupations et de la morale des hommes. Qui plus est : elle est l’amoralité en personne. On pourrait dire avec Nietzche qu’elle est essentiellement irresponsable » 2

Onze saisons. Voilà donc où en est le Salon de musique.

 

Jusqu’ici ce fut une aventure incontestable, et d’ailleurs incontestée, voire même soutenue par les donateurs, grâce auxquels le Salon de musique a pu tenir aussi longtemps, avec le soutien constant de la mairie de Belfort, du conseil départemental du Territoire-de-Belfort, et du conseil départemental de la Haute-Saône, que nous remercions chaleureusement. Sans eux, rien n’aurait été possible.

Et bien entendu il y a la présence des jeunes solistes internationaux, auxquels le Salon de musique a dédié toutes ses saisons. Ils sont la raison d’être du Salon de musique, sa légitimité, c’est d’eux dont il est toujours question lorsqu’il s’agit d’élaborer une saison nouvelle.

Les jeunes musiciens qui dépassaient à peine les vingt ans lors de nos premières saisons ont depuis lors grandi, mûri, sont devenus des artistes à part entière. Ils ont terminé leurs études supérieures, se sont établis dans des capitales européennes ou ont traversé l’Atlantique, ou encore rejoint leurs pays d’origine en Europe, en Russie, en Chine, en Corée du Sud, au Japon. Ils sont entrés pour de bon dans une carrière de soliste ou de chambriste, nationale voire internationale, et ont enregistré pour beaucoup leur premier CD. Certains, depuis leur passage chez nous, sont devenus lauréats des concours internationaux les plus réputés ; d’autres qui l’étaient déjà ont confirmé depuis leur grand talent. Certains ont rejoint les grandes formations orchestrales d’Europe où ils occupent parfois les premiers rangs, certains sont solistes, super-solistes. Certains sont enseignants, certains sont soutenus par des fondations qui ont su croire en eux pour les aider à faire leur chemin dans ce parcours délicat qu’est le monde de la musique classique.

Car, ne l’oublions pas, nous qui nous réjouissons de cet immense plaisir qu’est le concert, nous qui voyons ces musiciens et les écoutons, nous récoltons la part la plus belle. Derrière le récital de piano, le concert de musique de chambre ou la symphonie d’orchestre, ce sont des années de travail de la part de chacun de ces musiciens, années qui se comptent en heures de pratique quotidienne. On pourrait légitimement parler de sacrifice, quand on sait le temps que ces musiciens investissent pour donner toujours le meilleur d’eux-mêmes. Sacrifice, oui, mais joie aussi, nous l’espérons et le souhaitons.

Et la musique dans tout cela ? La saison à venir ? La conjoncture actuelle n’est pas des plus riantes pour la culture, on le sait. Pour cette onzième saison nous proposons cinq concerts, en trois lieux qui nous sont fidèles – l’Auditorium de Lure, la mairie de Belfort et la mairie d’Arbois. Cinq concerts, et pas des moindres. Nous entendrons du piano / et du hautbois, des cordes et de l’accordéon, et, une fois n’est pas coutume, de la harpe, dans des répertoires qui vont du baroque et du classique au moderne, au contemporain et même au tango, sans oublier pour autant le romantique.

À la suite de notre dixième saison qui fut celle de la fidélité, notre onzième saison sera celle de la générosité. La générosité de nos musiciens, et de vous-mêmes, leurs auditeurs.

Pour le Salon de musique : Nina Bogin & Alain Buttard


1. Laurent Albarracin. « Résolutions » chez « l’Oie de Cravan », en 2012
2. Santiago Espinosa « l’inexpressif musical » aux « éditions les belles lettres » collection « encre marine » p. 89

Notre précédente saison 2014 / 15 en quelques chiffres

19 concerts, donnés par 68 jeunes concertistes internationaux
3055 spectateurs. Soit une moyenne de 161 auditeurs par concert